Le printemps ne va pas tarder à pointer le bout de son nez et c’est à cette période que l’ail des ours fait gentiment son apparition dans les sous-bois. D’abord en plaine, puis en altitude, l’ail des ours pousse puis fleuri sur une période de quelques semaines, à ne surtout pas louper si comme moi, vous en raffolez !

C’est le moment idéal pour faire le point sur cette plante et ses bienfaits afin d’en profiter un maximum et apprendre à la conserver quelques mois pour un plaisir prolonger, toujours dans le respect de la plante en favorisant la conservation d’un maximum de ses bienfaits.

L’ail des ours, beaucoup en ont entendu parler mais pas beaucoup ont osé s’aventurer à sa cueillette. Et pour cause … Il peut être confondu avec 2 autres plantes toxiques qui peut refroidir les moins avertis.

L’objectif de cet article est de vous éclairer à ce sujet et de vous apporter un peu d’assurance et des astuces pour bien reconnaître l’ail des ours, pour une cueillette en toute tranquillité (oui, parce que ce serait bien dommage de s’en priver !).

De la théorie à la pratique, je vous propose un petit tour informatif accompagner de quelques recettes que je vous ai concoctées pour le plus grand plaisir des papilles !

ail des ours

Où trouver l’ail des ours ?

On trouvera l’ail des ours dans les sous-bois, souvent à proximité d’un point d’humidité (chez moi, il pousse à côté d’une petite rivière). Vous le trouverez en colonie, dès mars en plaine et avril pour les zone en altitude.

Il pousse un peu partout dans nos régions, avec un décalage marqué les zones géographiques. Si vous pouvez en trouver dès mars du côté des plaines, il vous faudra un peu plus de patience si comme moi, vous habitez en altitude.

Vous pouvez aussi trouver l’ail des ours dans certains commerces ainsi qu’au marché, avec ça, impossible de le louper !

Comment reconnaître l’ail des ours ?

Une attention toute particulière sera portée sur sa cueillette.

Pourquoi ? Parce que l’ail des ours à des ressemblances avec le Muguet et la Colchique, qui sont tous deux des plantes toxiques pour notre organisme. Il faut donc écarter tout risque de confusion lors de la cueillette !

différencier l'ail des ours du muguet et de la colchique

Source : www.nephrohug.ch

  1. Observer les feuilles. Elles doivent être brillantes sur le dessus, mattes sur le dessous. Voir vidéo ci-dessous pour bien comprendre la subtilité.
  2. Sentir le parfum. L’ail des ours, comme son nom l’indique, est très parfumé. Impossible d’échapper à son parfum prononcé. Cependant, sur un champs d’ail des ours, il faut rester vigilant, l’odeur pourrait se transmettre aux plantes alentours et on se méfie du Muguet ainsi que de la Colchique
  3. Observer les tiges. Les deux feuilles en forme d’ellipse poussent à la base de la plante sur des tiges séparées. Les tiges sont fines et souples.

Mais la règle la plus importante à retenir ici est la suivante : en cas de doute, on s’abstient ! On demande conseil à une personne expérimentée dans la cueillette d’ail des ours. En aucun cas on se lance à l’aveugle dans la cueillette, puisqu’il faut tout de même un peu de pratique pour éviter toute confusion.

 

Qualités nutritionnelles de l’ail des ours

On associe à l’ail des ours des propriétés similaires à l’ail classique.

L’ail des ours est réputé en tant qu’antiseptique, rubéfiant, vermifuge et dépuratif (favorise l’élimination des toxines). Tout cela à l’arrivée du printemps, qui est la période la plus propice à la détoxification, la nature est bien faite et à tout prévu !

L’ail des ours est une bombe nutritionnelle, elle contient de précieux minéraux (magnésium, potassium, calcium, fer et bien d’autres), ainsi que des vitamines, notamment la vitamine C, qui est un puissant antioxydant et qui joue plusieurs rôles importants dans notre métabolisme.

Pour en profiter pleinement, il y a une règle ici aussi à respecter. On privilégiera toujours sa consommation crue, pour dénaturer le moins possible les bienfaits de la plante.

Comment bien préparer l’ail des ours ?

Avant de vous lancer dans la préparation d’une recette, il est vivement recommandé de bien laver vos feuilles. Comme l’ail des ours pousse à même le sol, il est directement accessible aux petits animaux de la forêt qui se font (certainement) une joie de faire leurs besoins par-ci, par-là. Cela n’a rien de réjouissant puisqu’ils peuvent être transporteur d’une maladie rare mais grave, l’échinococcose.

Le ténia du renard Echinococcus multilocularis est un petit ver parasite, responsable d’une grave maladie du foie chez l’homme, l’échinococcose alvéolaire. Les ténias adultes vivent dans l’intestin grêle du renard, plus rarement dans celui du chien ou du chat. Ces animaux rejettent dans leurs excréments des œufs capables de survivre des mois dans un environnement humide. Les êtres humains sont contaminés suite à un contact direct avec des animaux infectés ou en consommant des aliments crus ou de l’eau potable contaminés par des œufs de ténia du renard. Source et infos.

Alors, pour éviter toute mauvaise surprise et complication, on portera une attention particulière au lavage des feuilles.

Mon conseil : laissez tremper 5 bonnes minutes les feuilles dans un bol rempli d’eau avec un schlouk de vinaigre de vin blanc et 1 c.à.c de bicarbonate de soude. Rincez abondamment, essorez pour éviter de vous retrouver avec une flaque d’eau et une dilution des saveurs. C’est prêt à l’emploi !

Note : on ne laisse pas tremper ses crudités pendant trop longtemps, de peur que les vitamines hydrosolubles fouttent le camp… dans l’eau !

Ce serait dommage quand même, après toute la peine qu’on s’est donnée à cueillir ces feuilles pour refaire le plein de vitalité.

bourgeon et ail des ours

Recette à base d’ail des ours

Voici une petite liste suggestive de quelques recettes que je vous ai concoctée pour sublimer votre récolte et régaler vos papilles :

Pour préserver un maximum de nutriment, on consommera ses crudités toujours le plus rapidement possible après la cueillette.

Toutes ces recettes sont réalisées dans le plus grand respect de la nature, en cueillant juste ce dont on a besoin, avec une utilisation immédiate après la cueillette.

pesto ail de sours

neque. Sed quis pulvinar Aliquam ante. mattis