Ce mois de juin, je suis ambassadrice de l’objectif : juin sans sucre, un challenge actif qui appelle à supprimer les sucres ajoutés et raffinés de son alimentation.

Une des remarques qui revient souvent c’est :  » ah mais moi je ne pourrai pas me passer de sucre, je suis trop gourmand « .

Pour celles et ceux qui me connaissent bien, cette remarque vous fera peut être sourire. Parce que dans mon entourage je suis connue pour être la SUPER gourmande du groupe. Aussi lointain que remontent mes souvenirs, je me rappelle toujours avoir eu un faible très prononcé pour les douceurs.

 

Addiction au sucre : diminuer sa consommation en douceur

Je vais vous parler un peu plus en détail de mon sevrage au sucre, c’est une question qu’on me pose régulièrement et qui suscite beaucoup de curiosité avec des a priori pas toujours vrai.

Durant mon enfance je me souviens des biberons lait + chocolat en poudre. Je me souviens des goûters au pain blanc avec tranche de chocolat, des yaourts sucrés en dessert et des cornflakes arc-en-ciel au petit déjeuner. Hum-hum.

Durant l’adolescence, j’ai eu la « chance » d’avoir un métabolisme qui n’accumulait pas les graisses, dans le sens oú je pouvais manger absolument n’importe quoi sans prendre un seul gramme. Je commençais ma journée par un verre de jus de fruits industriel et une tartine avec de la confiture pensant bien-faire au moins le matin. Je pouvais manger un paquet de biscuit au goûter, une plaque de chocolat le soir (au lait bien-sûr car je détestais le chocolat noir)…

Oui sauf que, tout ça, c’est du sucre + du sucre + du sucre. Du sucre raffiné = très mauvais pour mon corps.

accro au sucre

J’ai toujours maintenu un poids super stable ce qui me valait la jalousie de mes autres copines gourmandes dont certaines qui prenaient un kilo rien qu’en regardant une barre sneakers – pour caricaturer -. Tous ça pour dire que nous avons tous un métabolisme différent et qu’il est impossible de se comparer les uns des autres.

Nous sommes tous uniques, ce n’est pas parce qu’un régime fonctionne pour votre voisine qu’il fonctionnera sur vous. C’est pour cette raison d’ailleurs que je me spécialise en nutrition holistique car je ne crois absolument pas aux régimes. Je crois au mode de vie sain, aux bons aliments, à la bienveillance, au bon sens…

J’ai une vision beaucoup plus élargie sur la nutrition en prenant compte du contexte de chaque personne, de ses émotions aujourd’hui et maintenant, de sa condition physique, de son terrain et de ses objectifs. On a pas tous envie de ressembler à un mannequin de 45kg. Être bien dans sa peau et en pleine forme ne s’arrête pas à un chiffre.

Cela dit, cette mauvaise hygiène de vie que j’ai maintenu pendant 15 à 20 ans m’a quand même valu des problèmes de santé (fallait s’y attendre !). Allergies alimentaires graves, addiction au sucre (avec pics d’hyperglycémie et d’hypoglycémie), fatigue... Et tout ça, ça ne devrait pas avoir lieu d’être lorsqu’on est à peine adulte.

J’ai pris conscience que j’étais accro au sucre le jour oú j’ai commencé à m’intéresser à la nutrition et que j’ai appris à déchiffrer les étiquettes des emballages. Aussi fou que cela puisse paraître, il y a du sucre dans pratiquement tout ce que nous mangeons. Et le pire, c’est qu’il est caché parfois !

  • bouillon de légume
  • fruits et légumes en conserve
  • sauces
  • barre de céréale
  • pain
  • jus de fruit en bouteille
  • yaourt « nature »
  • produits allégés en matière grasse
  • chocolat noir
  • céréales et autres mélanges « petit déjeuner »
  • plats déjà cuisinés (soupe en brique, plats salés etc)

Ce jour là, j’ai véritablement pris conscience de mon problème. Et ça s’est corsé lorsque j’ai essayé d’arrêter les sucres raffinés. J’étais vraiment pas bien et ça n’a pas été une partie de plaisir.

On dit qu’on à la « detox que l’on mérite », je n’ai pas été épargnée !

A savoir ; le sucre blanc favorise les aigreurs d’estomac, les fermentations intestinales qui perturbe la flore bactérienne, les fatigues chroniques, la constipation… Et l’addiction au sucre active les circuits de la récompense au niveau du cerveau. Bref, un cercle bien vicieux si vous voulez mon avis !

Comment arrêter le sucre en 3 étapes

1. Remplacer toutes les préparations industrielles par du fait maison:

J’ai décidé d’y aller progressivement en remplaçant petit à petit TOUS les aliments transformés de mes étagères par du fait maison :

  • jus de fruits
  • confiture
  • ketchup
  • biscuit
  • gâteau
  • boisson plaisir (thé froid)
  • bouillon
  • yaourt

Cette première étape m’a permis d’avoir le contrôle sur ce que je mangeais en m’éloignant par la même occasion de tous les additifs, arômes, huile de palme, conservateurs et autre E que l’on trouve dans les produits industriels.

Je me suis orientée vers des ingrédients de bonne qualité et j’ai commencé à cuisiner, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !

 

2. Remplacer le sucre raffiné par du sucre complet

Comme par exemple:

  • le sucre de fleur de noix de coco ( index glycémique de 30, contre 70 du sucre blanc)
  • le sucre de canne rapadura – obtenu par simple évaporation du jus de la canne à sucre.
  • le muscovado – dont je vous suggère une petite vidéo sur sa préparation ci-dessous
  • le sucre de datte – des dettes séchées puis simplement réduites en poudre.

sucre de datte

De cette façon, je nourrissais encore mon cerveau avec le sucre qu’il me réclamait mais cette fois-ci j’ai pu vaincre les pics d’hyper-hypoglycémie et petit à petit le besoin de sucre est devenu moins fort.

J’ai remplacé tous mes petits déjeuners à base de pain blanc ou de kellog’s par soit des fruits frais, des porridges, des smoothie bowl ou des mueslis sans sucre ajouté. En démarrant ma journée sans sucre raffiné ni ajouté j’ai remarqué que je démarrai ma journée d’une bien meilleure façon et que c’était plus facile de résister à l’appel des desserts, des collations trop gourmandes etc…

 

3. Retirer les sucres ajoutés

La 3ème étape c’est celle d’aujourd’hui que je partage avec vous durant ce mois de juin sans sucre. On retire tous les sucres ajoutés c’est à dire :

  • miel
  • sirop de datte
  • sirop d’érable
  • sirop d’agave
  • xylitol
  • maltitol
  • aspartame

J’en reviens à cette réflexion dont je vous parlais au début, pour moi ce challenge n’est pas une privation de gourmandise ni une restriction quelconque. C’est une opportunité de trouver d’autres façons d’apporter de la gourmandise à son quotidien. Et cette recette de gâteau au chocolat est un super exemple. Je suis toujours super gourmande et je ne pourrai absolument pas à me priver des douceurs qui font vibrer mes papilles. Par contre, mon challenge c’est de trouver comment ravir mes papilles en apportant quelque chose de complet et nutritif à mon corps.

nawaï li

De manière générale je dirai qu’il n’y a pas de juste ou mauvaise façon de commencer sa detox du sucre. Il n’y a pas de « durée » de sevrage non plus.

Le secret c’est d’écouter son corps, d’avoir les bonnes informations entre les mains et si besoin : être encadré pas un nutritionniste. Le soutien des proches est aussi important, ensemble on est plus fort ! Ayez confiance en vous et soyez fiers de vos progrès. Ne vous imposez pas de  » deadline  » qui ajouterait du stress supplémentaire à votre transition.

Prenez le temps de prendre soin de vous et de vous ressourcer. Ne vous laissez pas gagner par l’ennui, essayez de profiter de la nature et d’activités douces et adaptées à vos envies.

Pour plus d’informations, je suis à votre disposition et serai ravie de pouvoir vous encadrer durant cette démarche courageuse en mettant à disposition mes connaissances et mon expérience personnelle.

nawaï li

Rassurez-vous, si j’ai réussi à me sevrer du sucre blanc alors que j’étais une véritable accro, vous pouvez y arriver aussi ! Et vous pouvez compter sur moi pour vous concocter des petites recettes gourmandes que j’aime appeler – 0 culpabilité -. D’ailleurs, avez-vous essayé mon gâteau au chocolat gâteau au chocolat et aux dattes sans lactose ?

neque. vulputate, felis dolor. diam tempus mattis